fondcommun
actions collectives de création dans le champ social et politique.

WORKSHOP

Commentaires fermés

LABORATOIRE POUR LA CRÉATION D’UN PROGRAMME SONORE COMMUN_

_Le workshop s’est déroulé à Bourges du 5 au 10 mai 2009, dans le cadre du festival Bandits-Mages, avec des étudiants de l’école d’art de Bourges, de Cergy-Pontoise, de Pau et de Lisbonne : Natura Ruiz, Emilie Maia, Luca Wyss, Alexandra Lafitte, Rafael Da Silva Fernandes, Diana Filipa Santos Dias, Caiarina Afonso Ribeiro. La proposition collective, au titre d’une plage unique(d’environ 23 minutes), a été diffusée en salle d’écoute de l’école des Beaux-Arts le dimanche 10 mai à 14h puis sur Radio 108 vers 16h.

vous pouvez l’écouter ici :

plage unique. 20mn

pour le télécharger c’est ICI (26Mo)


Suite à l’organe de presse problématique, fondcommun a travaillé à la production d’une forme sonore médiatique. Pour ce laboratoire de recherche partagée, l’enjeu a été d’expérimenter le passage d’une forme papier imprimé à une forme sonore enregistrée. Ce programme, sans objet et sans thématique, cherche à formaliser, dans la durée d’enregistrement, des problèmes. Il veut susciter de nouveaux usages en dehors de ceux institués par les mondes des médias, de la politique, du commerce et du spectacle. Comment immiscer une durée sonore programmatique dans le champ de la vie quotidienne ? Nous y avons travaillé des approches problématiques de notre monde : pointer les problèmes, puis les problématiser en leur donnant une complexité par une formalisation la plus concise et exacte possible. Ce dont on ne peut ou ne veut parler, il ne faut pas le taire, mais essayer de l’entendre et l’écouter : produire une amplification de la rumeur et du bruit de fond, pour faire émerger un fond commun.

Il ne s’agit plus d’imposer une forme à une matière, mais d’élaborer un matériau de plus en plus riche, de plus en plus consistant, apte dès lors à capter des forces de plus en plus intenses. Ce qui rend un matériau de plus en plus riche, c’est ce qui fait tenir ensemble des hétérogènes, sans qu’ils cessent d’être hétérogènes.

 

Notes sur le workshop_

_L’opération a consisté à expérimenter et à construire une forme sonore, collective, médiatique et problématique. Nous avons proposé des entrées esthétiques et politiques : le problématique. Qu’est-ce qui fait problème ? Et comment le formaliser ? La formulation, les questions morales et politiques, les dialogues, les séances d’écoute, l’expérimentation avec les participants ont constitué les modalités de production continue. Chaque participant a produit une forme sonore enregistrée, sur une ou deux durées imposées.  Protocoles : enregistrement au microphone et prise unique. Le choix des situations d’enregistrement a été primordial. Le montage a consisté uniquement à déterminer une durée : quand cela commence et quand cela finit. La forme finale est collective : un choix et un agencement de ce qui a été produit par chacun, en essayant de dépasser des approches de montage pour tendre vers un  mixage des propositions.

 



Ecrit par admin le 12 octobre 2009 :: Classé dans actualités

Les commentaires sont fermés.